Accueil du site > Études de cas > Racismes > « Les vérités qui dérangent »

« Les vérités qui dérangent »

Retour sur dix années d’islamophobie hebdomadaire (Première partie)

par Sebastien Fontenelle
22 novembre 2012

L’actualité récente l’a encore démontré : la course est serrée, dans la presse hebdomadaire française, pour décrocher la palme de l’islamophobie. Si Le Point et Valeurs Actuelles ont dernièrement marqué des points, il convient de ne pas sous-estimer le potentiel d’un autre magazine, dirigé par l’incontournable Christophe Barbier : L’Express. C’est ce que vient opportunément nous rappeler le texte qui suit, extrait du fort recommandable livre de Sébastien Fontenelle, Les briseurs de tabous.

On ne fera pas ici le relevé des innombrables articles – redoublés à la radio et à la télévision d’autant d’émissions de débat et de reportage – où la presse dominante a sans cesse répété, depuis le début des années 2000, les inquiétantes singularités de son « islam imaginaire ». Mais il peut être intéressant de prélever dans un magazine – L’Express, pour ne pas le nommer – qui est généralement considéré comme pondéré, et dont le directeur, Christophe Barbier, est regardé par ses pairs comme un irréprochable professionnel, quelques échantillons distincts, et que plusieurs années séparent, du rude traitement que cette publication applique aux adeptes de la religion mahométane.

Au mois de juin 2008, juste après qu’un tribunal de Lille a procédé à l’annulation d’un mariage musulman au prétexte que l’épouse n’était pas vierge, cet hebdomadaire publie par exemple un dense dossier où l’intention, annoncée en couverture, est de dire, sur l’« islam », des « vérités qui dérangent » (et dont le lecteur est donc assez nettement invité à comprendre que leur énoncé brise une omertà) – mais sans toutefois préciser en quoi exactement (et à l’égard de qui) elles seraient dérangeantes.

Comme très souvent, en de tels cas, c’est un fait-divers sans précédent (et dont rien ne permet par conséquent d’affirmer qu’il serait le moins du monde représentatif d’un archétype judiciaire), mais dont les lecteurs de L’Express sont invités à considérer qu’il « révèle à quel point l’opinion française s’inquiète de nouveau de l’incompatibilité entre une démocratie moderne » et l’islam, qui sert de prétexte à la production d’une sévère leçon de maintien. Dans un vif éditorial, Christophe Barbier explique d’abord qu’

« il faut aujourd’hui que l’islam chemine vers la République plus vite et plus franchement qu’il ne le fait ».

Après cela, il concède, par prétérition, que « l’État doit, certes, en défendre les fidèles contre tout ostracisme ». Mais c’est pour mieux asséner que

« c’est à cette religion, aujourd’hui, d’abjurer les archaïsmes les plus flagrants de son dogme, de condamner non seulement ses intégristes, ce qu’elle a fait sans ambiguïté depuis le 11 septembre 2001, mais également les plus rigides de ses docteurs de la foi ».

Plus précisément :

« l’islam de France doit comprendre qu’on ne peut être musulman dans un pays qui ne l’est pas comme s’il l’était ou comme s’il allait le devenir ; et encore moins comme s’il s’agissait de convertir ce pays ».

Car « c’est bien de cela qu’il est question », insiste le directeur de L’Express :

« Dans les mots et les comportements de ses imams et de ses fidèles, il faut réguler le prosélytisme de l’islam. »

Au surplus, il conviendrait qu’« au lieu d’importer dans l’Hexagone les rapports de force géopolitiques, ou de refléter les communautarismes nés de l’immigration », cette religion s’inscrive enfin dans « les justes frontières du vivre ensemble ».

En somme, par une série d’amalgames et de raccourcis dont l’addition n’est jamais faite, dans la presse dominante, qu’à la fin de stigmatiser l’islam (puisque jamais – au grand jamais – ses journalistes ne s’emparent – par exemple – des rugosités des fondamentalistes catholiques pour exiger que le christianisme se réforme), et après avoir pris l’élémentaire précaution de prévenir son lectorat (qui aurait pu se méprendre sur ses intentions) qu’il n’envisageait nullement de les ostraciser, Christophe Barbier assimile l’ensemble des musulmans de France à d’obscurantistes bigots, confits dans ce qu’il appelle aussi « les archaïsmes les plus flagrants de leur « dogme ».

Et il le fait sans se laisser détourner de sa mission éducative par le minuscule détail que ces « fidèles », dans leur immense majorité, n’envisagent nullement de « convertir » l’Occident. D’une infime partie d’un tout, le directeur de L’Express tire l’enseignement, un rien hâtif peut-être, que la religion musulmane est loin encore d’être pleinement compatible avec « la République », et qu’elle menace même le « vivre ensemble » d’un prosélytisme dont l’agressivité se voit, selon lui dans l’annulation d’un mariage par un tribunal lillois.

Mais bien sûr : ce n’est pas de l’ostracisme.

Au vrai, rien n’est véritablement nouveau, dans cette façon de faire : de longue date, la presse dominante a pris le pli d’une rotation où la publication de consistants dossiers dédiés à l’interrogation de la compatibilité de l’islam et de la République alterne avec celle de consistants dossiers déplorant qu’on ne puisse plus interroger la compatibilité de l’islam et de la République sans que d’arrogants bien-pensants ne s’offusquent de ce qu’ils tiennent (abusivement) pour de la stigmatisation – et ainsi de suite.

Typiquement, les « vérités » sur « l’islam » que L’Express dit en juin 2008 sont les mêmes qui ont déjà été mille fois dites au fil des ans, après que des précurseurs ont crânement assumé, au début des années 2000, qu’ils étaient « un peu » islamophobes (et qu’ils avaient après tout bien « le droit de le dire »). Au mois de février 2006, par exemple, Le Nouvel Observateur publie, à la fin de révéler (enfin), c’est son titre, « La vérité sur l’islam de France », un (consistant) dossier de neuf pages, dont l’ambition est de mesurer si cette religion constitue « une menace pour la laïcité » (ou si elle se révélerait, « comme jadis le catholicisme, beaucoup plus soluble qu’on ne l’imagine dans la République »), et s’il faut « redouter une montée de l’intégrisme » musulman « dans notre pays ».

En d’autres termes, Le Nouvel Observateur pose là les mêmes questions, exactement, que L’Express et son directeur poseront deux ans plus tard, en les présentant comme l’énoncé de « vérités qui dérangent ». Mais qui dérangent-elles, au juste, quand elles sont répétées depuis autant de temps, et avec autant de constance, par ceux-là mêmes qui prétendent qu’elles seraient quasiment indicibles ? C’est ce qui n’est jamais précisé – et pour cause.

Le 29 novembre 2009, les Suisses, emmenés par un parti xénophobe, demandent, par une votation un rien surréaliste (puisque personne n’a manifesté l’intention de leur imposer partout de tels édifices), l’interdiction des minarets sur leur territoire national. Quelques jours plus tard, Christophe Barbier donne, dans un éditorial, son avis sur ce qu’il appelle, dans une formule un peu étonnante, « une querelle de minarets ». Il relève d’abord, par l’une de ses coutumières prétéritions, que « cette votation en dit beaucoup sur (…) les Suisses », dont il déplore qu’ils se montrent « chaque année (…) plus rétifs à l’hospitalité ».

Puis il en vient au véritable objet de son commentaire, qui est que cette votation « en dit aussi beaucoup sur l’islam et sa difficulté à être adopté par les sociétés occidentales ». Quand les Helvètes se laissent collectivement subjuguer par l’extravagant fantasme d’une invasion musulmane souchée dans l’érection d’innombrables minarets, le directeur de L’Express se désole donc de ce qu’ils soient inhospitaliers. Mais il en tire surtout le motif d’une nouvelle leçon de maintien à destination des musulmans, qui est la même, à peu de chose près, que celle de son éditorial de juin 2008.

Ainsi, il adresse à ses lecteurs un double message. D’abord, il leur signifie que les musulmans posent décidément un problème à l’Occident – et que la votation des Suisses, loin d’être seulement le signe qu’ils sont peut-être rongés par une délirante islamophobie, témoigne plutôt que l’islam doit être intrinsèquement allergisant, puisqu’il suscite partout un rejet dont Christophe Barbier refuse manifestement de considérer qu’il puisse être (en partie) motivé par les dissertations alarmistes où l’éditocratie entretient une défiance antimusulmane de chaque instant.

Ensuite – et par voie de conséquence –, il induit que les (authentiques) Occidentaux ont quelques bonnes raisons d’exprimer un rejet de l’islam dont les musulmans seraient infondés à trop se plaindre, puisqu’ils ne font décidément pas l’effort de se montrer assez sociables pour que leur culte soit (enfin) « adopté » par leurs hôtes européens. Christophe Barbier livre donc là une déclinaison « nouvelle » d’un thème ancien, où les victimes de la xénophobie sont présentées comme les responsables des rudesses qui leur sont infligées. Sa démonstration revient en effet à suggérer que si les Suisses se montrent « rétifs à l’hospitalité », c’est en (grande) partie parce que les musulmans – dont chacun peut éventuellement comprendre qu’ils ne sont pas comptés au nombre des citoyens helvètes – sont encore trop mal éduqués.

Au reste, le directeur de L’Express ajoute à ce premier constat celui que les Français ont, eux aussi, « un problème avec la religion musulmane ». Plus particulièrement, il estime que ses compatriotes en ont assez qu’« on » leur dise, « à chaque fois qu’un problème surgit » – et il en surgit fréquemment, quand l’éditocratie est au constant affût des faits divers impliquant des musulmans – « que ce n’est pas l’islam qui est fautif, mais des surgeons, des déviances, des interprétations de cette religion ». D’après lui : ce sont là des facilités qui reviennent à « innocenter l’arbre quand les fruits sont empoisonnés ».

En résumé, Christophe Barbier, par une série de glissements où l’amalgame vaut comme argument, tire prétexte d’une votation dont le résultat trahit que les Suisses ont succombé à une peur totalement irrationnelle, pour développer un raisonnement dont la conclusion est que la religion musulmane s’apparente en quelque sorte à un arbre empoisonné.

Cela lui permet de répéter – c’est chez lui un souci constant – qu’elle doit procéder (enfin), comme elle aurait dû le faire déjà après qu’il le lui avait une première fois demandé en 2008, « à une ambitieuse réforme de ses dogmes », où les Occidentaux, dont il néglige qu’ils sont pour beaucoup recroquevillés dans leurs phobies, pourraient, précise-t-il, très avantageusement « aider les musulmans à allumer la lumière » au « sommet » de leurs minarets. (Car ils ne dédaignent point de tendre vers moins évolué qu’eux une main charitable.) Et ainsi de suite, au fil des saisons.

Deuxième partie : Lundi 26 novembre 2012

P.-S.

Ce texte est extrait du dernier livre de de Sébastien Fontenelle, Les briseurs de tabous, qui vient de paraître aux Editions La Découverte. Nous le reproduisons avec son amicale autorisation.