Accueil du site > Études de cas > La France d’en bas vue d’en haut

La France d’en bas vue d’en haut

Dernier ajout : 6 juin.

Tous les articles de cette rubrique

  • Écrire contre la canaille

    À propos des écrivains et de leur « douloureux problème » avec « le peuple »

    « Que l’humanité est une sale et dégoûtante engeance ! Que le peuple est stupide ! C’est une éternelle race d’esclaves qui ne peut vivre sans bât et sans joug. Aussi ne sera-ce pas pour lui que nous combattrons encore, mais pour notre idéal sacré. Qu’il crève donc de faim et de froid, ce peuple facile à tromper qui va bientôt se mettre à massacrer ses vrais amis ! » Ces mots de Leconte de Lisle sont l’un des nombreux exemples que donne Paul Lidsky dans son livre Les écrivains Français contre la Commune. Le (...)

  • Une indignation pas si facile

    A propos du mépris pour la cause anti-spéciste

    par Sylvie Tissot 21 avril 2016

    L’Humanité du 20 avril propose un « Débats&Controverses » sur le scandale des abattoirs, où, comme le révèlent plusieurs vidéos, les animaux sont tués et dépecés dans des conditions atroces. Quatre pages passionnantes, dans lesquelles s’est glissé un billet atterrant. Dans le rôle du philosophe venant donner des leçons d’« indignation », François Wolff revoit à la baisse nos obligations « morales ». L’indignation serait « facile ». Moi qui soutiens depuis peu, et très modestement, la cause anti-spéciste je (...)

  • Retour sur une émeute

    À propos de la construction politique et médiatique du « problème des quartiers sensibles »

    par Sylvie Tissot 29 octobre 2015

    Dix ans après les "émeutes" de Clichy-sous-bois, huit ans après celles de Villiers-le-Bel, médias et politiques s’intéressent à nouveau au fameux "problème des quartiers sensibles" – connu aussi sous le nom de "mal-être des banlieues". Et comme en 2005, comme en 2007, comme déjà en 1990 au moment de l’émeute de Vaux-en-Velin, le problème est toujours posé en des termes vagues et biaisés, entre misérabilisme et fuite en avant dans le sécuritaire. Si quelques médias et personnalités de gauche refusent la thèse (...)

  • Cherchez l’erreur

    Le mélenchonisme est-il vraiment un universalisme ?

    Où il est question de violence et de contre-violence, de dominants et de dominés, d’oppressions et de résistances à l’oppression, mais dans des univers sociaux – de Orly à Amiens Nord – plus ou moins jeunes et plus ou moins « intégrés »... Jean-Luc Mélenchon, à propos de l’agression physique d’un DRH d’Air France par des salariés menacés par un plan de licenciements : « D’accord, il y a des images de violence, mais il y a surtout une violence que l’on ne voit pas, c’est celle des gens qui sont condamnés à la (...)

  • Imaginez un pays

    Réaction à un article de Libération sur l’occupation du lycée Jean-Quarré

    par Valérie Osouf 21 septembre 2015

    Depuis fin juillet, des migrant-e-s et leurs soutiens occupent le lycée Jean-Quarré dans le 19ème arrondissement de Paris. Fuyant la guerre, les persécutions, à la recherche, tout simplement, de meilleures conditions de vie, ils et elles s’organisent. Trouver un toit, construire des solidarités, faire face quotidiennement au dogme meurtrier de la fermeture des frontières et à la négation orchestrée des droits fondamentaux : rien de tout cela ne compte pour le quotidien Libération qui ne voit dans ce (...)

  • Des questionnements « insupportables »... et néanmoins pertinents

    Réflexions sur et contre la criminalisation des élèves, et notamment des élèves présumé-e-s musulman-e-s (Deuxième partie)

    par Deux enseignantes 22 janvier 2015

    « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendus les ’oui je soutiens Charlie, mais’, les ’deux poids, deux mesures’, les ’pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?’. Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs. » Ces propos proprement ahurissants, et effrayants, de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem, et plus (...)

  • Commémorer sans discuter 

    Réflexions sur et contre la criminalisation des élèves, et notamment des élèves présumé-e-s musulman-e-s (Première partie)

    par Deux enseignantes 22 janvier 2015

    « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendus les ’oui je soutiens Charlie, mais’, les ’deux poids, deux mesures’, les ’pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?’. Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs. » Ces propos proprement ahurissants, et effrayants, de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem, et plus (...)

  • Une famille formidable

    Le collectif Les mots sont importants vous offre une brève leçon d’expertise décryptante, par une émergente figure de la méritocratie à la française

    L’expertise décryptante est ici : https://www.youtube.com/watch?v=qc03SlaK_KA . Quant à son auteure, la voici : Née en 1960, Nathalie Saint-Cricq est la fille de Jacques Saint-Cricq, président du conseil de surveillance de La Nouvelle République du Centre-Ouest, la petite-fille de Jean Meunier, fondateur du même journal et homme politique français, et l’épouse de Patrice Duhamel, ex-directeur général de France Télévisions et frère d’Alain Duhamel, chroniqueur politique vedette de France Télévision et (...)

  • Un billet pour les faire taire ?

    Quand Ruquier, Pulvar et Polony « cherchent un peu la merde »

    par Mary Sonet 21 avril 2012

    Le récent passage de Youssoupha dans l’émission « On n’est pas couché » a occasionné un édifiant florilège de condescendance, voire de morgue sociale - comme il est, hélas, d’usage lorsque l’on traite du rap et des rappeurs à la télévision... Le genre rap francophone et ses artistes ont, depuis leurs premières apparitions sur les écrans télévisés, lors de la deuxième moitié des années quatre-vingt, subi des traitements médiatiques délégitimant leurs pratiques en tant qu’activités artistiques ou musicales. (...)

  • « Sur un rythme de rap »

    Critique gentille d’un méchant texte

    par Pierre Tevanian 12 novembre 2010

    Parcourant un récent numéro de la revue Agone consacré à l’engagement des intellectuels , je suis tombé sur un texte d’Alain Accardo intitulé « (Auto)-Dérision », présenté comme léger et roboratif et pourtant extrêmement lourd. Lourd au sens de lourdingue, mais pas seulement : lourd aussi de présupposés eux-mêmes très lourds – je veux dire des présupposés qui font mal au ventre et mal à la tête, qui pèsent depuis trop longtemps sur la pensée et l’écriture de la gauche radicale, et qu’on aimerait tellement ne (...)

0 | 10 | 20