Accueil du site > Études de cas > Malek Boutih et ses potes

Malek Boutih et ses potes

Dernier ajout : 7 mars.

Tous les articles de cette rubrique

  • Un Islam Bon Chic Bon Genre ?

    Quelques réflexions atterrées sur la Vieille France homophobe et ses quelques supplétifs musulmans, sur l’élitisme et l’arrivisme en milieu militant, et sur une tendance du moment : l’intégration par la droite et l’extrême droite

    par Faysal Riad 7 mars 2014

    Alors que l’infâme loi antifoulard du 15 mars 2004 fête ses dix ans, que les actes islamophobes se multiplient et que l’urgence d’une réflexion, d’une lutte et d’une union sur des bases saines de tous les opposants au racisme se fait de plus en plus sentir, les débats sur le mariage pour tous-tes au début de l’année 2013 et sur la théorie du genre cet hiver ont révélé de graves contradictions. De positionnements stupides en compromissions, ce sont autant de divisions et de contretemps pour un combat qui (...)

  • Pierre écoute un disque de slam… et vomit

    À propos d’un détournement de cadavre signé Abd Al Malik et intitulé « Gilles écoute un disque de rap… et fond en larmes »

    par Pierre Tevanian 14 février 2009

    La presse peut s’émerveiller : Abd Al Malik rend hommage à Gilles Deleuze ! Non, ce n’est pas une blague... On parle bien d’Abd Al Malik, le slammeur préféré d’Eric Zemmour , le chantre de la France qui se lève tôt et « ne se plaint jamais », dont le dernier titre, C’est du lourd, professe, dans une langue qui se veut « jeune » et « populaire », un éloge hallucinant du travail , de la famille et de la patrie. Et de Gilles Deleuze (1925-1994), le philosophe du désir et du « devenir révolutionnaire », celui (...)

  • Un truc de malade

    Abd Al Malik, ou la pétainisation du slam

    par Faysal Riad 22 janvier 2009

    L’anthropologie historique et l’histoire des idées ont depuis longtemps insisté sur l’importance des représentations sociales véhiculées notamment par les œuvres artistiques. Pour bien comprendre notre société, en plus des analyses scientifiques et œuvres artistiques plus ou moins subversives, une attention particulière peut être portée aussi aux discours plus conventionnels produits par nos idéologues « officiels », ainsi qu’aux paroles prononcées par les dirigeants, intellectuels et artistes à succès, qui (...)

  • « Bon vent ! »

    Malek Boutih et son double

    Le 6 juin 2003, dans les colonnes du Figaro, un observateur avisé dénonçait l’instrumentalisation par le Parti socialiste de quelques « figures » de « Français issus de l’immigration », promues dans un rôle de figuration et de légitimation dans les instances nationales du Parti : « A Dijon, lors de son Congrès, le Parti socialiste a démontré sa volonté d’intégration en désignant dans son conseil national entre 15 et 20% de personnes d’origine étrangère, parmi lesquelles le troisième président de (...)

  • Interviewé par la « Gazette du Maroc » du 20 juin 2005, Azouz Begag, tout nouveau Ministre délégué aux Affaires Indigènes, déclare : « L’intégration, selon moi, concerne les immigrés qui entrent en France ; nous, nous sommes Français, nés en France et nous cherchons la porte de l’ascenseur social, via le chemin de l’égalité des chances qui est le socle de la république française. » Première remarque : Le Ministre de la République s’exprime apparemment ici au nom des ‘enfants d’immigrés’, autrement dit des (...)

  • Je suis blanche et je n’aime pas les couillonnades

    Retour sur le best-seller de Gaston Kelman, Je suis noir et je n’aime pas le manioc

    par Mona Chollet 21 juillet 2005

    « Si je me fais pincer dans le métro sans ticket, il suffit que je bredouille deux ou trois mots en petit nègre pour que le contrôleur passe son chemin en haussant les épaules. C’est intolérable. Eh, oui : en France, comme chacun sait, avoir la peau noire est une circonstance atténuante dans toutes les situations de la vie quotidienne. Les contrôleurs de la RATP vous fichent une paix royale, alors qu’ils poursuivent de leur zèle agressif vos compagnons de voyage qui ont le malheur d’être blancs. (...)

  • Malek Boutih défraye en ce moment la chronique à cause des recommandations qu’il vient de produire pour le Parti socialiste en matière de politiques d’immigration, qui reprennent plusieurs thèmes de la droite ultra, de la remise en cause de la double nationalité à des injonctions d’assimilation adressées aux immigrés. Le petit texte qui suit vient rappeler que l’ancien président de SOS Racisme n’en est pas à sa première "sortie" démagogique et réactionnaire contre les immigrés ou leurs enfants. Vous (...)

  • Article envoyé au Monde, mais non publié, par des militants d’Act Up et du MIB en juin 2002 Dans un portrait publié dans le Monde du 13 juin 2002, Malek Boutih a donné une vision très personnelle de la banlieue, du racisme et des jeunes qui nous a terriblement choqués. Nous tenons ici à répondre au président de Sos Racisme, association dont l’objet est de combattre le racisme et les préjugés, et non les entretenir. Pourtant, à lire ces propos, on croirait reconnaître les discours les plus sécuritaires, (...)

  • Malek Boutih et le camembert

    Entre Malek Boutih et la philosophe Chantal Delsol : un accord presque parfait sur l’intégration

    Le texte qui suit est un article de Nicolas Weill paru dans le Journal Le Monde. À nos yeux, il peut se passer de commentaires. Même en période d’intense recomposition intellectuelle et politique, la rencontre entre Chantal Delsol et Malek Boutih, président de SOS-Racisme, avait de quoi surprendre. Organisée par l’Institut Montaigne et HEC-Débats, mercredi 13 novembre, au siège d’Axa, à Paris, sous la houlette de Claude Bébéar, président du conseil de surveillance de la compagnie d’assurances, elle a (...)

  • Pour ne pas être réduites au rang de simples réactions épidermiques face à des " dérapages " personnels, les textes présents dans cette rubrique appellent au moins une courte introduction, afin que soit re-situé le rôle joué depuis de nombreuses années dans la stigmatisation des immigrés ou des "jeunes issus de l’immigration" par une association censée défendre ces derniers. Cette association, SOS Racisme, a une longue histoire (1), dont on se bornera ici à rappeler les très grandes lignes. Il y a eu (...)