Accueil du site > Études de cas > Le cas Finkielkraut > Finkielkraut n’est qu’un symptôme

Finkielkraut n’est qu’un symptôme

par Collectif Les mots sont importants
17 avril 2016

Paru initialement en 2005, à la suite d’une déjà longue série de provocations odieuses, le texte qui suit nous parait toujours actuel aujourd’hui, après dix années de surenchère et de dérive vers l’extrême droite, alors que notre fast-thinker vient d’entrer à l’Académie Française.

Les récents propos racistes d’Alain Finkielkraut sur le caractère ethnico-religieux des émeutes urbaines, les bons côtés de la colonisation et de l’esclavage, la France qui « n’a fait que du bien aux Africains », l’équipe de football « Black-Black-Black », etc. [1], sont certes choquants, mais ils n’ont rien de surprenant ni d’exceptionnel...

Dès 1988, cet auteur décrétait la « défaite de la pensée », et désignait comme principal responsable « la pensée anticolonialiste » [2]. Quelques années plus tard, il apportait, devant la Commission Marceau Long, une justification « philosophique » au projet de loi Pasqua-Méhaignerie portant atteinte au droit du sol [3]. Puis, en 1997, il soutenait les lois Chevènement, et légitimait l’idée que des avantages sociaux soient réservés « à ceux que le hasard a fait naître de parents français » [4].

Après avoir apporté son soutien aux écrits anti-juifs et anti-immigrés de l’écrivain Renaud Camus [5], il fit l’éloge du pamphlet islamophobe d’Oriana Fallacci (selon lequel les musulmans « ne sont bons qu’à lever le cul en l’air cinq fois par jour » et à se « multiplier comme des rats ») en expliquant qu’elle avait « l’insigne mérite de regarder la réalité en face » [6].

Après avoir déclaré en 2002 que c’était « la réalité » (toujours elle !) qui avait « fait campagne pour Le Pen », il a accusé l’extrême gauche et les « jeunes de banlieue » arabes ou musulmans d’être les principaux vecteurs de l’antisémitisme. Il a naturellement milité pour l’exclusion des élèves portant le « voile-keffieh » (sic !), en déclarant que « l’Islam pose un problème particulier » [7].

En 2004, il ironisait sur « les victimes antillaises de l’esclavage qui vivent aujourd’hui de l’assistance de la Métropole », et s’inquiétait que « les Antilles filent un mauvais coton idéologique » (et que « la créolité puisse servir à entretenir, outre la haine de la France coloniale, la haine d’Israël, Etat juif si vous voulez, c’est-à-dire Etat non créole, non métissé ») [8].

On pourrait poursuivre longtemps l’énumération [9]. Mais l’individu Alain Finkielkraut ne mérite pas cet intérêt. Son délire raciste est bien sûr abject, mais il n’a rien d’exceptionnel. La haine et le mépris qui s’y expriment ne sont qu’un concentré de ce qui se déverse, à petites doses et sous des formes plus ou moins euphémisées, dans un grand nombre d’éditoriaux, d’articles de presse, de reportages télévisés ou de discours politiques.

La radicalisation du propos est certes impressionnante, mais elle est loin de constituer un cas isolé dans l’élite littéraire, intellectuelle ou journalistique, où l’on observe une libération de la parole réactionnaire, xénophobe, anti-arabe, islamophobe ou négationniste à l’égard des crimes coloniaux ou de la Traite négrière – cf. Pierre-André Taguieff [10], Alexandre Adler [11], Max Gallo [12], Michel Houellebecq [13], Maurice Dantec [14], ou encore les éditorialistes et chroniqueurs Daniel Sibony, Claude Imbert, Jean Daniel et Philippe Val [15].

C’est ce climat général, et non l’individu Finkielkraut, qui est le véritable problème : c’est la mollesse des réactions à ses propos ; c’est l’espace inouï que lui ont offert les grands médias pour « s’expliquer », sans laisser la parole à toutes celles et ceux que sa diatribe anti-noire et anti-arabe avaient insulté-e-s [16] ; c’est le soutien explicite que lui ont apporté plusieurs journaux (Le Point, Marianne, Le Figaro) et plusieurs intellectuels médiatiques (Alexandre Adler, Alain-Gérard Slama, Pascal Bruckner, Elisabeth Badinter) [17]. C’est le fait qu’aucun de ses employeurs, à commencer par l’Ecole polytechnique et une radio de service public, France Culture, ne lui ait demandé de comptes [18].

Ce qu’il faut combattre, c’est donc, au-delà de l’individu Finkielkraut, tout un climat idéologique, celui qui a rendu possible la déchéance morale de cet individu, sa dérive politique et l’expression décomplexée de ses pensées et pulsions les plus basses. C’est, également, le système social postcolonial qui entretient et perpétue les pires stéréotypes racistes. S’il est heureux que des associations poursuivent Alain Finkielkraut devant les tribunaux [19], le combat principal est politique : c’est le combat contre la société qui, en produisant des « indigènes », produit aussi des « petits blancs » [20] et donc des Finkielkraut. C’est le combat contre la vallée de larmes dont les élucubrations haineuses d’Alain Finkielkraut ne sont que l’auréole.

Notes

[2] Cf. A. Finkielkraut, La défaite de la pensée, Gallimard, 1987

[3] Cf. S. Tissot, P. Tevanian, Dictionnaire de la lepénisation des esprits, Article « Sol et sang », L’esprit frappeur, 2002

[4] Cf. S. Tissot, P. Tevanian, Dictionnaire de la lepénisation des esprits, Article « Préférence nationale », L’esprit frappeur, 2002

[5] Cf. le site de Renaud Camus. Ce site propose les principaux textes racistes de Renaud Camus et une grande partie des articles écrits à l’occasion de « l’affaire Renaud Camus », dont ceux d’Alain Finkielkraut. On lira aussi avec profit les analyses de Michel Tubiana, Henri Leclerc, Isabelle Rabineau, Hugo Marsan.

[6] Cf. V. Geisser, La nouvelle islamophobie, La découverte, 2003

[9] Nous laissons notamment de côté, provisoirement, l’antiféminisme et l’homophobie maladive du philosophe, qui pourraient à elles seules faire l’objet d’une étude.

[14] Cf. D. Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Essai sur les nouveaux réactionnaires, Seuil, 2003, et ce texte paru sur infozone

[15] Cf. P. Tévanian, Le voile médiatique, Raisons d’agir, 2005. Sur Philippe Val, cf. Acrimed et Réseau voltaire

[17] Cf. l’excellent article de Mona Chollet, « Quand l’ignorance part en guerre au nom du savoir » sur le site Péripheries.net. Cf. aussi l’article de Aude Lancelin qui propose lui aussi une excellente analyse de l’affaire Finkielkraut.

[18] Une pétition a été adressée au Président de Radio France pour demander la suspension de l’émission « Répliques », animée par Alain Finkielkraut, mais elle a été très peu médiatisée, et peu d’intellectuels renommés l’ont signée.

[19] Et malheureux que d’autres, comme le MRAP, dont c’est pourtant la vocation et l’habitude, aient, pour des raisons qui nous échappent, renoncé à le faire après s’y être engagé.