L’exploitation domestique

Avant-propos de la traduction du livre de Christine Delphy et Diana Leonard.
par Christine Delphy
13 juin 2019

Dès leurs premières apparitions, les mouvements féministes se sont heurtés à une résistance inouïe au sein de la gauche, française notamment, au nom de la soit disant primauté de la lutte des classes. La longue histoire de ce déni a déjà quasiment 50 ans, et semble ne pas avoir de fin – en témoignent les récentes offensives contre ceux-lles qui « défendent les minorités » (entendez les Noirs, les Arabes, (...)

lire la suite
  • 7. " Nous n’avons pas à nous sentir coupables d’exclure ces élèves voilées, car ce n’est pas nous qui excluons ces jeunes filles : ce sont leurs parents, en les forçant à porter le voile ; ou bien ce sont elles-mêmes qui s’excluent, en décidant de le porter "
    Réponse :
    C’est là jouer avec les mots. Même dans les cas les plus favorables à ce discours, c’est-à-dire dans les cas où, effectivement, le milieu familial exerce une pression sur une jeune fille pour qu’elle porte un foulard, ou bien les cas où une (...)

  • 6. " Il y a aujourd’hui des filles qui se font violer parce qu’elles ne portent pas le voile. Le port du voile désigne celles qui ne le portent pas comme des " salopes ", tout juste bonnes à se faire violer. Donc accepter le voile à l’école, c’est cautionner ces viols " Réponse :
    Cet argument est extrêmement dangereux. Tout d’abord parce que ce qui est affirmé ne va pas de soi : sur la totalité des viols enregistrés qui aboutissent à un procès, dans combien de cas le violeur a-t-il déclaré avoir violé (...)

  • 5. " Les jeunes filles de banlieue, dans leur immense majorité, ne portent pas le foulard, et ne veulent pas le porter. Le mouvement "Ni putes ni soumises" l’a montré : elles nous demandent de les soutenir contre ceux qui veulent les forcer à le porter. En affirmant qu’il est interdit à l’école, nous prenons position pour ces jeunes filles, et nous leur apportons notre aide. Au contraire, en acceptant le foulard à l’école, nous les abandonnons aux mains des "barbus" "
    Réponse :
    Comme précédemment à (...)

  • 4. " Les femmes algériennes nous mettent en garde : elles savent, elles, ce que c’est que l’intégrisme "
    Réponse :
    Cet argument est construit sur le même modèle que le précédent, et il pose le même type de problèmes. Tout d’abord, les femmes algériennes ne forment pas un bloc homogène. Si, pour des raisons aisément compréhensibles, elles sont sûrement plus nombreuses que les hommes à percevoir la régression que constituent les idées du FIS, il ne faut malgré tout pas les essentialiser, les uniformiser, (...)

  • 3. " En Iran, les femmes ont porté le voile comme signe de protestation contre le régime du Shah, et elles ont voté oui au projet de constitution islamique de Khomeiny ; aujourd’hui, elles regrettent ce manque de vigilance sur le danger islamiste, et elles nous appellent à ne pas commettre la même erreur "
    Réponse :
    Cet appel doit effectivement nous interpeller : effectivement, il ne faut jamais sous-estimer le danger qu’il y a à soutenir, voire à s’identifier à des idées, des symboles ou des (...)

  • 2. " Derrière le foulard, il y a l’oppression de la femme, l’interdiction de poursuivre ses études, le mariage forcé, l’enfermement dans le foyer conjugal... L’école ne peut pas cautionner tout cela "
    Réponse :
    Que l’école ne doive pas cautionner tout cela, et qu’elle doive même le combattre, voilà au moins un point d’accord. Mais comment combattre tout cela ? Cette question est la plus importante. Or, il n’est pas certain qu’en renvoyant hors de l’école les élèves qui portent un foulard, on arrange (...)

  • 1. " Derrière les filles voilées, il y a les barbus. Pourquoi combattrait-on les intégristes et les fascistes "bien français" et catholiques, et pas leurs équivalents musulmans " ?
    Réponse :
    Tout d’abord, il faut se garder de tout amalgame. Si certains courants intégristes peuvent avoir effectivement un discours semblable, sur bien des aspects de la vie sociale, à celui de l’extrême droite française, ce n’est pas le cas de toutes les organisations musulmanes. Certaines s’apparentent davantage à ce (...)

  • Rassemblement de soutien à Alma et Lila Lévy

    Menacées d’exclusion pour simple port d’un foulard islamique

    2 octobre 2003

    NON AUX EXCLUSIONS
    DROIT À L’ÉDUCATION POUR TOUS ET TOUTES
    Alma et Lila, élèves du lycée Henri Wallon à Aubervilliers viennent d’être exclues provisoirement parce qu’elles portaient le foulard, bien qu’elles acceptent d’assister à tous les cours. Elles ont déjà été privées de près d’un mois de scolarité, alors qu’elles doivent passer des examens en fin d’année (bac et bac français), et elles vont passer en conseil de discipline le 10 octobre. Elles risquent d’être définitivement exclues. Nous pensons que leur (...)

  • Mise au point

    Communiqué du Collectif Les mots sont importants, à propos de la publication d’un de ses textes sur le site de l’UOIF, et de l’utilisation qui en a été faite dans les débats publics sur l’exclusion des élèves voilées

    Nous avons découvert récemment que le site de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) avait repris, sur son site, un article signé par le collectif Les mots sont importants intitulé "Un féminisme à visage inhumain".
    Depuis, nous avons, à deux reprises, adressé un message à destination des animateurs du site UOIF. Nous leur avons signalé que cette publication s’était faite sans que nous soyons consultés, et nous avons demandé que notre texte soit retiré. Dans notre second message, nous (...)

  • Pendant que le Président de la République bravait l’empire américain en se faisant le défenseur de la légalité internationale, le gouvernement, chargé de l’intendance, s’affairait à la préparation de la fameuse " réforme " qui comblerait enfin le retard pris sur une société américaine depuis longtemps affranchie des contraintes archaïques de l’État social. Non sans rouerie : comme le Premier ministre diminue les impôts au nom de " la France d’en bas " qui n’en paie pas, comme le ministre de l’Intérieur (...)

0 | ... | 1520 | 1530 | 1540 | 1550 | 1560 | 1570 | 1580 | 1590 | 1600 | ... | 1620