Derniers articles

« L’étude qui (évidemment) accuse »

Réflexions critiques sur une n-ième campagne académique, médiatique et politique contre les musulman-e-s
par Renaud Cornand
9 février 2016

Le 3 février 2016, Le Nouvel Observateur publiait un article titré « Exclusif. Ces collégiens qui placent la religion avant l’école : l’étude qui accuse ». Le texte est censé reprendre certains des résultats d’une enquête sur les collégiens des Bouches-du-Rhône organisée par le CNRS et Sciences-Po Grenoble, dirigée par Sebastian Roché et faisant l’objet d’un partenariat entre le journal et France Inter qui y consacra un numéro de son émission « Le téléphone sonne ». Les résultats présentés, comme les débats (...)

Lire la suite de « L’étude qui (évidemment) accuse »
  • Le ver et le fruit

    Lettre ouverte à mon collègue Abdennour Bidar, marchand de fascisme à visage spirituel

    par Pierre Tevanian 20 novembre 2015

    Une fois n’est pas coutume, j’enfile ma casquette de professeur de philosophie, puisque c’est cette panoplie, assortie de quelques médailles académiques (normalien, agrégé), que vous arborez, Monsieur Abdennour Bidar, dans chacune de vos prestations journalistiques, radiophoniques ou télévisuelles. Je vais donc vous parler en collègue. Monsieur Bidar, En ouverture d’une tribune publiée simultanément dans Le Figaro et "plusieurs quotidiens de toute l’Europe", ce vendredi 20 novembre 2015, vous nous (...)

  • On n’a pas besoin d’un autre héros

    Une Histoire d’exceptions

    par M. L. - Cases Rebelles 18 novembre 2015

    « Pourquoi Cases Rebelles ? Parce qu’il s’agit de relier dans la mesure des nos moyens toutes les cases (dans le sens de maison, kaz en créole) en lutte pour toutes nos libérations d’afro-descendantEs. » Cases Rebelles, qui se présente lui même comme un collectif politique de femmes et d’hommes noir-e-s, africain-e-s et caribéen-ne-s, et dont l’auto-présentation complète figure ici, existe depuis Janvier 2010. L’une de ses principales activités est la web-émission radiophonique mensuelle du même nom, mais (...)

  • Penser face à l’horreur

    Un monde immonde engendre des actes immondes

    par Saïd Bouamama 16 novembre 2015

    À l’heure où nous publions ce texte, le bilan des tueries parisiennes est de 129 morts et de 300 blessés. L’horreur de cette violence injustifiable est absolue. La condamnation doit l’être tout autant, sans aucune restriction et/ou nuance. Les acteurs et/ou commanditaires de ces meurtres aveugles ne peuvent invoquer aucune raison légitime pour justifier ces actes immondes. La tragédie que nous vivons débouchera sur une prise de conscience collective des dangers qui nous menacent ou au contraire sur (...)

  • « Pourvu que ce ne soient pas des musulmans »

    Du cauchemar d’une femme visiblement musulmane après chaque attentat

    par Ndella Paye 16 novembre 2015

    À chaque fois qu’une attaque terroriste a lieu en France, c’est le cauchemar pour moi, mais également je crois pour tou-te-s les personnes visiblement musulmanes ou supposées l’être dans ce pays... Je n’ai réellement pas dormi la nuit du 13 novembre 2015. La première question que se pose toute personne ou presque vivant sur un territoire attaqué, ou du moins le souhait qu’elle formule en premier, est en général « j’espère que je n’ai pas de proches touchés ». Mais moi, la première chose qui me vient à (...)

  • Lu dans Le Monde : "Pourquoi Emmanuel Macron fascine-t-il autant ?" Pas lu dans Le Monde : "Pourquoi Emmanuel Macron nous fascine-t-il autant ?" Lu dans Le Monde : « Il bouscule la droite et surtout la gauche, notamment en raison de la loi à laquelle il a donné son nom » Pas lu dans Le Monde : « Il met à terre les acquis de plus de 100 ans de droit du travail ». Lu dans Le Monde : « Certains voient en lui un possible renouveau de la politique française, beaucoup n’y croient pas. » Pas lu (...)

  • Des cérémonies de dégradation

    À propos des contrôles d’identité au faciès

    par Emmanuel Blanchard 13 novembre 2015

    En juin dernier, pour la première fois un tribunal avait condamné l’État français pour des contrôles de police réalisés « en tenant compte de l’apparence physique et de l’appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race ». En se pourvoyant en Cassation, après avoir refusé toute réforme en la matière, le gouvernement a donné un véritable blanc-seing aux forces de l’ordre : le contrôle au faciès, illégalisme routinier des forces de l’ordre, restera couvert par les autorités. Dix ans après les émeutes de (...)

  • Admettre le meurtre, nier le crime

    Le génocide des Arméniens et sa négation dans les mémoires des Jeunes-Turcs unionistes

    par Duygu Tasalp 11 novembre 2015

    Le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonne l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui sont arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 11 novembre 2015

    Il y a cent ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui furent alors arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt, qui coûtera la vie à plus d’un (...)

  • Sex, city and class

    Conclusion de Good Neighbors (Quatrième partie)

    par Sylvie Tissot 6 novembre 2015

    Ce livre étudie la manière dont un espace a été réhabilité et approprié par un groupe d’habitants bien plus aisés que ceux qui l’occupaient initialement, et ce sans réduire la gentrification aux logiques contemporaines du capitalisme ou aux pulsions répressives d’un groupe privilégié. Mais il n’a pas seulement pour objectif d’expliquer, en évitant les schémas simplistes, comment les centres-villes se métamorphosent. Partant des pratiques des habitants d’une grande agglomération des Etats-Unis, il s’agissait (...)

  • La dimension spatiale du pouvoir

    Conclusion de Good Neighbors (Troisième partie)

    par Sylvie Tissot 5 novembre 2015

    Ce livre étudie la manière dont un espace a été réhabilité et approprié par un groupe d’habitants bien plus aisés que ceux qui l’occupaient initialement, et ce sans réduire la gentrification aux logiques contemporaines du capitalisme ou aux pulsions répressives d’un groupe privilégié. Mais il n’a pas seulement pour objectif d’expliquer, en évitant les schémas simplistes, comment les centres-villes se métamorphosent. Partant des pratiques des habitants d’une grande agglomération des Etats-Unis, il s’agissait (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...